Défis de la génération Y en Tunisie: Mondialisation, digitalisation et Innovation #1

 

La génération Y regroupe les personnes nées entre 1990 et 2000, cette génération qui a grandi dans le monde la digitalisation, de la surconsommation et de la mondialisation.

En 2005, on a attribué à cette génération le nom de génération C pour désigner Communication, Collaboration, Connexion et Créativité.

 

Dans un monde où la consommation et la communication n’ont plus de frontière, les questions que je me pose sont les suivantes :

Comment les jeunes tunisiens peuvent-ils consommer de façon responsable et réfléchie ?

Comment peut-on faire rappeler à ces jeunes leurs coutumes et traditions après qu’ils aient été influencés par le mode de vie américain et occidental et ce durant des décennies ?

Comment peut-ont stimuler la créativité de ces futurs entrepreneurs, qui à cause de la mondialisation et de la digitalisation se sont transformés en consommateurs passifs n’ayant aucun sens de la critique ?

La génération Y : Génération «tombée dans la technologie à la naissance»

Nous sommes nés à une époque où la Nintendo, la télévision et la PlayStation sont les sources de divertissement les plus utilisées par les enfants.

Aujourd’hui et depuis l’apparition des jeux vidéo, l’enfant est un solitaire délaissé devant un large choix de jeux électroniques alors que ses parents, ses frères et sœurs sont, eux ,occupés dans leur autre monde.

Nous avons finis par oublier que nous pouvons nous amuser sans avoir recours à des objets couteux.

Avant, sortir jouer avec les jeunes de notre âge en s’inventant des jeux avec les moyens du bords nous permettaient d’apprendre à créer des liens et à stimuler notre imagination.

Certes, grâce à ces innovations technologiques, nous nous évadons dans un monde parallèle qui nous fait oublier nos soucis du quotidien mais ces technologies ont aussi un impact sur nos relations et nous font passer à coté des moments de bonheur les plus simples et authentiques.

Puis est venue l’époque des réseaux sociaux qui a révolutionné notre adolescence, et qui sans ces derniers, le printemps arabe n’aurait jamais vu le jour.

Oui, certes, les réseaux sociaux nous ont permis de dire haut et fort ce que nous avons toujours pensé tout bas… aujourd’hui nous pouvons partager nos pires expériences et pointer du doigt toute forme d’injustice mais nous ne pouvons pas nier que ces innovations ont eu un impact réel sur nos relations.

 

 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils