Mon p**ain de 2017 (partie #2)

Je vous ai récemment parlé des turbulences de 2017, mais c’était pas vraiment des turbulences parce que je suis finalement partie à l’aventure et j’aime ça…. par contre ce dont je vais vous parler là, c’est vraiment le genre d’expériences que je ne voudrai pas revivre en 2018 (bon je sais que je vais bientôt recevoir la gifle spéciale nouvel an mais je croise les doigts pour que ça ne soit pas les mêmes conneries).

 

Bref, en 2017 j’ai appris pleins de choses… des choses pas très marrantes du genre:

  • Les vrais amis sont ceux qui t’appellent pour prendre de tes nouvelles même quand tu es à l’autre bout du monde. Loin des yeux près du coeur? Mouai dans le monde des bisounours peut-être.

 

  • Une cafteuse peut passer comme un tourbillon dans la vie des gens. Elle ruine toutes les relations au passage. Puis une fois la tempête passée, tu vois les dégâts et toutes ses relations ruinées et tu te dis « putain, il a fallut qu’une petite chieuse passe par là pour que tout le monde se rende compte qu’ils se mentent depuis des années ». Puis tu sais pas qui est le con dans toute l’histoire (lol): si c’est la cafteuse ou si ces gens hypocrites qui se mentent depuis des années.

 

  • J’ai lu un livre intitulé « la femme parfaite est une connasse », moi qui est toute bebête et naïve je me disais « nan faut toujours être loyale et sympa (pour se faire respecter quoi). Jusqu’au jour où je me m’était rendue compte qu’il y a eu une mutation dans l’espèce humaine en fait… genre les filles ont eu des couilles qui ont poussé par miracle et les hommes ont en perdu une.

Voilà, en gros ça résume mon échec social et je vous avoue que j’ai quand même gardé les scénarios les plus dramatiques pour moi pour ne pas trop vous choquer… rien qu’à voir la tête de mes copines en leur racontant mes histoires j’ai su que ce n’était pas vraiment (mais alors là pas du tout) une bonne idée de les partager sur un blog haha  😀

Je suis persuadée que ça vous aurait fait piqué quelques fous rires parce que je me débrouille toujours pour me mettre dans des situations malaisantes.. et si on pouvait me coller une étiquette pour 2017, ça serait « la gaffeuse de la bande » (pas grave ça fait mon charme).

Des problèmes à la « Bridget Jones » version tunisienne, ça fait quand même marrer mon entourage (mais pas moi).

Puis je ne vais pas jouer au « drama queen » éternellement, 2017 n’était pas si pire en terme de relations.

Mon plus grand cadeau c’est que grâce à la distance j’ai pu connaitre qui sont mes vrais amis. Il a fallut que je parte pour savoir qui tient réellement à moi et qui me fréquentait que pour servir ses intérêts.

Puis j’ai rencontré des gens magnifiques qui ont embelli mon expérience.

Merci les filles, je vous aime.

 

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils